Bienvenue

Comment l’humidité du sol a varié durant le mois d’avril et de mai

Pour continuer sur l’analyse des données. Les sondes qui ont relevé des températures négatives durant le début du mois d’avril, elles fournissent aussi des données sur l’humidité du sol, cette donnée est très utile pour le suivi de l’état de la réserve utile, et son suivi permet pour certains de piloter l’irrigation.

Des sondes sont implantées dans plusieurs parcelles de vigne dans la région d’Occitanie. Ces sondes sont utilisées pour suivre la météo afin d’anticiper l’apparition de maladies.   Ces vignes ne sont pas irriguées, les variations d’humidité du sol sont dues à la pluie tombée sur les parcelles.

Le deuxième graphique nous montre les précipitations du secteur, nous pouvons donc voir qu’il y a bien une cohérence entre la pluviométrie et l’humidité du sol. Cette humidité redescend rapidement du fait de la consommation d’eau par la vigne avec les fortes chaleurs. Cependant l’humidité du sol ne varie pas lorsque les pluies sont faibles. On remarque aussi des écarts entre les sondes, ils sont dus dans la majorité des cas à la localisation et la texture du sol.

Avec ce graphique sur la pluviométrie des ces deux derniers mois nous pouvons remarquer une faible quantité d’eau tombée pendant le mois d’avril comparé au mois de mai où la pluie fut plus abondante.

Des Sondes sont implantées dans des parcelles de grandes cultures dans le sud de la région d’Ile de France. Ces cultures ne sont pas irriguées. Ces sondes ont été implantées pour :

  • Le pilotage du semis.
  • Le suivi de l’humidité du sol selon différentes cultures(Maïs, colza, blé,…) et pratiques culturales.

En Ile de France, comme dans toute la France, les sondes font des relevés d’humidité du sol. Avec ce premier graphique, on peut remarquer que les sondes donnent des valeurs similaires pendant toute cette période. Les écarts sont dus à la localisation de la sonde ainsi qu’aux caractéristiques du sol de son implantation, également de la profondeur de son implantation. Par exemple, la sonde rose est une sonde qui régit plus vite que les autres du fait que la texture du sol est plus sableux que les autres.On peut aussi observer qu’il faut une pluie suffisamment conséquente pour qu’elle impacte l’humidité du sol de façon notable.

Dans cette région comme partout en France le mois d’avril a été particulièrement sec, avec peu de pluie. Pour le mois de mai les pluies ont été plus fréquentes.

Sonde implanté dans le colza
Sonde Sinafis implantée dans le colza

Dans la région Auvergne Rhône Alpes la majorité de nos sondes sont implantées dans l’objectif de suivre l’irrigation, par conséquent l’humidité du sol varie en fonction des cycles d’irrigation ainsi que de la météo.

Cette sonde est implantée dans le secteur de Lyon, elle est utilisée pour le pilotage de l’irrigation. Le premier pic est le résultat d’une irrigation suivie d’un processus de drainagele drainage c’est l’écoulement de toute l’eau que le sol ne peut pas stocker. Après ce processus nous pouvons observer une diminution de l’humidité dans le sol du fait que la plante en consomme pour se développer. Le deuxième pic nous montre une deuxième irrigation un peu différente de la première, le processus de drainage est plus faible. Le troisième pic n’est pas le fruit d’une irrigation mais d’une pluie importante.

Sonde sinafis
Sonde Sinafis installée dans un verger
Autres articles
On en parle beaucoup dans les champs pour améliorer les conduites culturales, mais, tout bien réfléchi, pourquoi ne pas utiliser les capteurs dans les bâtiments de ferme ou à la maison, pour se simplifier la vie ?